La start up Elysia récompensée par Deloitte!09/12/2019

La start-up liégeoise ELYSIA est l’entreprise belge qui a connu la plus forte croissance des quatre dernières années, selon le classement Fast 50 de Deloitte. A travers elle, c’est tout le secteur de la radiopharmacie qui est mis à l’honneur. 
 
Sur les quatre dernières années, la société liégeoise Elysia a affiché une croissance de… 2.857,57 %. 2.857 %. Grâce à cela, la spin-off de l’université de Liège a décroché le Technology Fast 50 organisé par Deloitte et qui récompense les entreprises technologiques à forte croissance. En quatre ans, le chiffre d’affaires a bondi de 200.000 à 5,7 millions d’euros. Cette performance, Elysia ne l’a pas réalisée uniquement en vendant ses solutions pour le contrôle de qualité des produits radiopharmaceutiques, créneau pour lequel elle figure dans le top 3 mondial. Pour ce faire, la jeune entreprise a racheté un concurrent allemand.
 
Le succès d’Elysia ne sort pas de nulle part. Il illustre la vitalité de la médecine nucléaire en Belgique. Ce secteur génère dans notre pays 2.600 emplois directs et 2.100 indirects. Mieux : il est en plein boom, car les évolutions technologiques permettent à la médecine nucléaire de s’aventurer de plus en plus sur le terrain thérapeutique et plus seulement du diagnostic. 
La force de la Belgique réside dans la présence sur son territoire de l’Institut des radio-éléments (Fleurus, Wallonie) et du Centre d’étude de l’énergie nucléaire de Mol. Ils produisent ensemble un quart des radio-isotopes utilisés par les équipes de médecine nucléaire à travers le monde. Des atouts peu délocalisables et autour desquels toute une chaîne d’activité s’est développée pour la gestion et le transport de ces produits radioactifs. 
 
Cette chaîne se complète par la présence de 10 cyclotrons et 26 PET scans dans les universités et hôpitaux. « Il faut ajouter à tout cela le travail du professeur André Luxen et du Centre de recherches du cyclotron (CRC) de l’ULiège 
 
Le potentiel de la filière radiopharmaceutique wallonne n’a pas échappé aux investisseurs internationaux. Après Clarity (Australie) et Global Morpho Pharma (France), c’est maintenant la biotech australienne Telix qui s’apprête à investir en Wallonie. Elle a en effet annoncé l’acquisition imminente de l’ancien site IBt (International Brachytherapy) à Seneffe, où l’on produisait autrefois des implants radioactifs pour le traitement du cancer de la prostate.
 
Source: Trends/Tendance